Dans les années 60, les équipements publics existants pour la population dépendaient essentiellement de la commune ou des paroisses, avec d’un coté les stades et piscines, et de l’autre les « patronages ».
 
Mais comment connaître les nouveaux besoins et comment coordonner les projets, s’il n’y a pas une vue d’ensemble ?
D’où la nécessité d’interroger les habitants, les jeunes, les responsables associatifs et les directeurs d’école pour connaître les besoins qui font défaut sur l’arrondissement.
 
C’est ce que firent au moyen d’enquêtes et de questionnaires le Comité d'Aménagement du 7ème et l’association « 7ème Jeunesse» dans les années 64 et 66.
 
C’est ainsi qu’en novembre 1966, au Musée Social, devant une centaine de responsables d’associations et de mouvements de jeunesse, les résultats de cette consultation sont présentés et commentés.
Les priorités pour les jeunes sont : la création d’une piscine, d’une maison des jeunes et d’un Centre de liaison et d’information.
 
Mais il fallait trouver un local pour y installer ce Centre de Liaison et d’Information.
Et c’est grâce à l’obstination de nos élus, en particulier Monsieur Philippe Mithouard et Monsieur le Docteur de Véricourt menés par Monsieur Frédéric-Dupont, député maire du 7ème, que la Ville de Paris accepte et décide en 1968 la construction d’un local de 70m2 dans le marché couvert de la rue Jean Nicot.
 
Ce fut le Centre « Inter 7 », inauguré le 12 mai 1970 par Monsieur le Docteur de Véricourt, alors président du Conseil Municipal de Paris.
 
Géré par des bénévoles, habitants du 7ème arrondissement, ce Centre associatif, privé et indépendant de toute institution politique ou religieuse est un pôle d’animation urbaine ouvert à tous.
 
Ce Centre était une innovation, sans équivalent à Paris. C’était aussi un pari dont les instigateurs ne connaissaient ni les règles de la réussite, ni les risques de l’échec.
 
Il s’est développé rapidement pour accueillir, lors de ses agrandissements successifs en 1971 et 1977, puis de son déménagement au 105 rue Saint Dominique en 1983,  toutes les propositions et initiatives des habitants et des associations locales.
 
Mais, rien de ce qui existe aujourd’hui n’aurait été possible sans l’estime réciproque et la franche collaboration des animateurs et des représentants de la Ville de Paris, élus et services, car c’est bien avec les deniers publics que le Centre Inter 7 a été construit puis agrandi.
 
Il faut signaler, en particulier, l’action efficace du premier Président d’Inter 7, Monsieur François Serrand, qui, dans un rapport qui lui avait été demandé par le premier Maire de Paris, Monsieur Jacques Chirac, proposait un système de financement pour aider les centres inter - associatifs à gérer des lieux de développement de la communication sociale et des initiatives locales de la population.
 
C’est ainsi que grâce à Monsieur Jacques Chirac, son cabinet et sa direction financière, une subvention de fonctionnement fut attribuée tous les ans à Inter 7 pour financer une partie de ses frais fixes.
 
Plus de 40 ans après la création du Centre Inter 7, les besoins des habitants sont peut-être de nature différente.
 
Des constructions sont apparues, comme le Conservatoire de Musique Erik Satie, la Salle puis la Maison des Associations, le gymnase sous l’Esplanade des Invalides etc … 
 
Il faut donc se reposer sans cesse la question de la vocation d’Inter 7, éviter les doublons, recueillir les nouveaux besoins et être toujours à l’écoute des personnes qui poussent la porte du Centre.
 
2013 : la pérennité d’Inter 7 ne dément pas la mission de ses pères pionniers de créer un lieu où le dialogue, la compréhension et la solidarité entre les différentes générations et populations sont au centre de chacune des activités sociales : accompagnement scolaire, alphabétisation, FLE, emploi, permanences juridiques, bureautique, écrivain public, surendettement, accompagnement des seniors, conférences…
 

Plan de site | Mentions légales | MAJ

INTER7 - 105 rue Saint-Dominique - PARIS 7ème
tél : 01 47 05 48 44 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.